MENU

♥ Nos étoiles ont filé ♥

7009
0

Ce soir je vous présente le livre que je viens de lire:

Nos étoiles ont filé” d’Anne-Marie Revol.

Autant vous le dire tout de suite, c’est la première fois que je pleure en lisant un livre. J’ai pleuré du début jusqu’à la fin, c’était terrible!

Ce livre, ce recueil, cette correspondance avec les anges, ce bijoux, cette lettre d’amour, ce journal intime m’a complètement chamboulée. Anne-Marie Revol est une journaliste née en 1973 qui travaille pour France 2. Mariée en 2003 à Luc Balleroy, elle donne naissance à leur petite Pénélope en Janvier 2006 et à Paloma en Mai 2007. Ils vivent une vie de famille heureuse, joyeuse et pleine d’amour! Jusqu’au jour où tout a basculé…

Partis une petite semaine en amoureux en Grèce, ils ont confié leurs deux petites aux parents d’Anne-Marie, qui séjournent dans le sud de la France. A leur retour sur Paris, ils passent une dernière nuit en amoureux. Le lendemain Anne-Marie prend le train pour rejoindre ses deux petits soleils chez Marino et grand-père. Le matin, au réveil elle constate qu’un numéro inconnu a tenté de la joindre à plusieurs reprises et lui a laissé trois messages. Elle a un mauvais pré-sentiment, quelque chose de grave vient d’arriver! Elle écoute le message, c’est l’hôpital de Montélimar. Elle doit rappeler au plus vite. Son sang se glace, sa tête va exploser. Il leur ai arrivé quelque chose à tous les quatre, non qu’aux filles! Elle le sent, elle le sait!

Le téléphone sonne, elle répond:

“- Madame, ici l’hôpital de Montélimar. Je suis le Dr F., chef du service des urgences. Vous êtes bien Madame Balleroy?

– Oui.

– Il y a eut un incendie cette nuit chez vos parents. Ils sont brûlés. Ils sont actuellement hospitalisés au service de réanimation. Le diagnostic vital n’est pas engagé mais c’est grave. Votre mari est à votre côté?

– Non.

– Vous pouvez le faire venir?”

(J’ai déjà les larmes aux yeux, la gorge qui se sert. Mon Dieu, pas ça, c’est terrible! Je ne connais pas cette femme, mais je ne veux pas qu’elle perde ses amours…)

“- Luuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuc ! Elles sont mortes c’est ça?

– Votre mari est là ?

– Luuuuuuuuuuuuuuuuuuc ! Il ne peut pas m’entendre. Il est sous la douche à l’autre bout de l’appartement.

– Calmez vous madame… Prenez votre temps.”

Je pense: t’es qui pour me dire ça ? C’est pas tes filles qui sont raides dans une chambre froide à l’hosto ! Papa arrive trempé.

“- Qu’est ce qui se passe ? Y a quelqu’un dans l’appartement ?

– C’est l’hôpital, Luc. Il est arrivé quelque chose à Pénélope et à Paloma !”

Son cri, immense, me transperce les tympans.

“- Mettez le haut-parleur s’il vous plait, madame.”

Je suis redevenue docile. Je m’exécute.

“- Un incendie est survenu cette nuit dans la maison de vos parents. Le feu a pris  dans la chambre de vos filles. Quand les pompiers sont arrivés, il était trop tard. La petite était morte. La grande était dans le coma. Elles n’ont pas eu le temps de souffrir. Tout est allé trop vite. Elles avaient de tout petits poumons. Elles sont parties dans leur sommeil. Je suis désolé. Désolé.”

Je raccroche. Je le savais.

Impossible d’en lire d’avantage, je pleure trop. Je me cache derrière mon livre pour que Milian ne me voit pas. Je n’ai pas vécu ce qu’ils ont vécu mais bon sang que ça fait mal…

Ils prennent le train tous les deux, à la hâte pour rejoindre les parents d’Anne-Marie à l’hôpital. C’est un cauchemar, ils vont se réveiller! Ils pleurent, beaucoup… Et ne réalisent pas.

Une fois arrivés à l’hôpital, on leur explique ce qu’il s’est passé. Mais Luc ne souhaite pas en savoir plus. D’imaginer ses petits bébés seules, au milieu de ces flammes. De les voir apeurées le dépasse complètement. Ils ont le droit de voir les grands-parents qui ne sont pas dans un bon état mais sont vivants, eux ! Ils leur disent à quel point ils les aiment et qu’ils ne leur en veulent pas. Qu’ils savent qu’ils ont donné le meilleur d’eux mêmes pour les sauver, mais que cela n’a pas suffit. Des amis, la famille les ont rejoins dans le sud pour les aider, les soutenir… Ils ont vu des médecins, des gendarmes, les personnes en charge des funérailles de leurs petits anges qui avaient à peine 4 ans à elles d’eux. Tout ça est éprouvant.

Ils sont dans un cauchemar, ils vont se réveiller…

Ils ont choisi les petits cercueils, ils voulaient qu’elles soient ensemble. Mais pour cela il faut une dérogation et c’est très compliqué. Elles seront chacune dans leur “boîte” alors… A l’enterrement, Anne-Marie avait peur d’être seule, que personne ne se soit déplacé pour ses petits anges. L’église était pleine, le parvis aussi… Famille, amis (rentrés de voyage des quatre coins du monde), collègues de France Télévision, pompiers, et bien d’autres… La nouvelle a fait le tour des médias! Ils ont rendu un dernier hommage à leurs deux petits boutons d’or… Après cela, ils se sont retrouvés dans l’intimité autour d’un repas organisé par des amis. Ils ne réalisent toujours pas…

Plus les jours passent, plus ils ont l’impression de s’éloigner d’elles… Ils décident de ranger toutes les petites choses qui leur rappellent ce bonheur interrompu si prématurément… Heureusement qu’ils s’aiment d’amour et qu’ils sont là l’un pour l’autre… Heureusement !

Ils vont reprendre le boulot, sortir, voyager pour avancer et essayer de survivre. Et chaque jour, Anne-Marie va écrire à ses petits anges, pour qu’elles soient chaque jour un peu plus prés d’elle alors qu’elles sont déjà si loin, là haut dans le ciel !

Les jours, les semaines, les mois passent. Tous les 11 du mois, elle écrit que cela fait un mois de plus! Jusqu’à présent elle comptait les mois de ces trésors, comme toutes les mamans fières de leur progénitures. Elle ne pensait pas un instant qu’elle compterait ceux qui la séparent à jamais de ces petites filles!

Elle rêve secrètement d’avoir un autre bébé. Elle le sait que c’est tôt, elle le sait que ça ne remplacera pas ces deux amours partis trop vite, mais c’est ce qu’elle veut… secrètement! Et Papa aussi !

Le 19 février elle apprend qu’elle est enceinte ! Quelle joie et quelle tristesse de savoir que cela arrive dans de telles circonstances… Elle n’arrive pas à savourer cette nouvelle, parce que quelque part ce petit être ne serait surement pas là si ses petites filles étaient encore en vie !

Pour annoncer la nouvelle au papa, elle décide d’acheter un astro Scorpion (bleu et rose, belle coïncidence?) pour lui annoncer la nouvelle ! Il a tout de suite compris, bouleversé il a versé un paquet de larmes comme elle lorsqu’elle a appris la nouvelle !

Ils ont maintenant une autre belle raison de se lever chaque matin. Ils doivent avancer pour elles, pour qu’elles soient fières et pour ce petit être à venir…

Les mois passent, il y a des hauts et des bas… Anne-Marie souhaite plus que tout que ce soit une fille, pour qu’elle puisse surement voir revivre ses petits anges partis trop tôt… Mais ce sera un garçon ! Elle est déçue, vraiment et elle s’en veut de l’être parce qu’il n’a rien demandé, lui ! Alors elle se promet de tout faire pour l’aimer, le protéger et le chérir comme elle l’a fait avec ses petites…

Elle est retournée les voir, au cimetière pour fleurir leur tombe. Elle est retournée dans la maison de ses parents, lieu sacré où ont vécu les filles, leurs derniers instants de vie, de peur, d’effroi… Sans Luc, parce que c’est trop insupportable pour lui !

Elle leur a annoncé la nouvelle. Ils ont pleuré… De joie et de tristesse !

Ils ont fait refaire la décoration de l’appartement afin d’offrir la chambre des petites au bébé, vu que c’était la seule de disponible. Quel chamboulement depuis leur départ… C’est comme si on les tuait une seconde fois… Mais il faut ce qu’il faut, pour avancer…Pour lui !

La vie n’est plus ce qu’elle était. Chaque jour qui passe est un jour de plus qui l’éloigne de ses princesses!

Dans ses dernières lettres elle raconte aux filles la naissance de leur petit frère, Lancelot, à l’hôpital des Diaconesses à Paris, avec le même personnel qui a accouché Pénélope et Paloma. Ils sont heureux, émus d’accueillir ce petit bonhomme… Elles veillent sur eux maintenant !

J’ai lu ce livre en quelques heures… Et j’en ressors complètement changée ! Je ne vois plus les choses de la même façon. J’ai tout le temps envie de prendre Milian dans mes bras et lui dire à quel point je l’aime… Déjà que je suis tout le temps en train de le coller, imaginez-vous! Le pauvre!

Lorsque je lisais les témoignages de parents qui avaient perdu un enfant je n’arrivais pas à comprendre comment ils arrivaient à survire face à cela. Dans ce livre, on a l’impression de comprendre, de voir comment cela se passe de l’autre côté. Ils sont d’un tel courage ! Pénélope et Paloma doivent être fiers d’eux, c’est certain !

Il n’y a rien de pire que de perdre un enfant… Je ne le souhaite pas à mon pire ennemi !

Mon avis: 5/5

Je salue le courage de cette maman et ce papa face à cet évènement qui a changé leur vie à tout jamais. J’admire leur amour l’un envers l’autre, qui les a aidé à surmonter ce drame ! Je leur souhaite du bonheur, de l’amour et de la joie même si une partie de leur cœur se retrouve meurtri à tout jamais …

Les informations pratiques:

Vous pourrez le trouver en librairie pour 7 euros à peu près.

PS: Je n’ai cessé de penser à toi papa en lisant ce livre… Ce 2 mai 2010 j’étais en train de rêver de toi alors que tu mourais loin de moi… Le téléphone a sonné, ça m’a réveillé. C’était maman ! Vous étiez partis dans l’est pour célébrer le baptême de Gabin. Je vous avais eu au téléphone la veille. Le PSG avait gagné, je t’entendais crier derrière maman qui essayait de me parler au téléphone. Et moi je riais de t’entendre si heureux, comme toujours! Ce matin là maman était très sérieuse au téléphone et moi j’emmargeais difficilement. Elle m’a demandé si Mik était près de moi, je lui ai répondu que oui sans trop comprendre pourquoi. Elle m’a demandé de lui passer, et là j’ai trouvé ça un peu bizarre vu qu’ils étaient fâchés à l’époque. Ils se sont parlés, j’ai attendu patiemment sans me douter un instant de ce qu’elle lui disait… Il m’a redonné le téléphone et là j’ai entendu sa voix, si fragile. Ce n’est pas normale, ma mère n’est pas fragile. C’est la personne la plus forte que je connaisse. Je commence à avoir peur, je tremble.

– Ma chérie, c’est papa il lui est arrivé quelque chose…

Mon dieu, mon dieu, mon dieu… Pas lui!

– Qu’est ce qu’il y a maman? Que se passe t-il?

– Il est mort ma puce. Papa est mort ce matin …

Je me suis mise à hurler de toutes mes forces pour faire sortir ce mal qui m’habitait. Mik m’agrippe aussi fort qu’il le peut. Je suis morte !

Je pleure, je hurle, j’ai mal… Pas lui !

Je savais qu’on me l’enlèverait un jour, je le savais…

Une fois que j’ai repris mes esprits je la rappelle, pour savoir comment elle va, comment va mon frère, Quentin qui n’avait que 11 ans… J’appelle ma sœur, on pleure au téléphone. Elle me dit qu’elle prend le premier train avec Séb pour rejoindre maman et Quentin. J’envoie un message à Marion, ma meilleure amie qui me rappelle aussitôt. Elle pleure au téléphone, elle me répète “mais non pas lui ma douce, pas lui s’il te plait!”. J’appelle Stéphane et Héléna pour les prévenir que je ne pourrais pas venir chercher leurs enfants à l’école le soir même, parce que je file rejoindre ma mère et mon frère, papa vient de mourir. Ils sont dévastés. J’envoie des messages à tout le monde pour hurler ma peine. Je reçois des millions de message de soutien. Je reçois des appels de mes cousines qui pleurent avec moi au téléphone pendant que nous roulons en direction de l’est. Je pleure mais le mal ne s’en va pas.

Une partie de moi est partie ce jour là. Chaque jour qui passe je pense à toi et je fais tout ce que je peux pour que tu sois fier de moi. Un mois après ton départ, Milian s’est installé dans mon petit ventre. Un joli signe de ta part, c’est ce que j’en ai conclu. Plein de petits amours sont nés suite à cet évènement avec très peu d’intervalle.

J’espère que de là où tu es, tu es fier de moi, de nous ! Je t’aime de toutes mes forces et pour toujours…

COMMENTS: 4
  1. avril 30, 2015 by Marion Reply

    Ma toute belle, je voudrais être là près de toi et te serrer fort dans mes bras! <3 Je pense fort à toi et ta famille
    Je n'ai pas les mots comme tu sais si bien le faire dans cet article mais tu as du talent pour faire revivre nos émotions. Plein de bisous

    • avril 30, 2015 by Les petits cultivés Reply

      Merci d’être là pour moi. Tu es loin mais toujours très présente. Je crois que ça m’a fait du bien de coucher sur le papier toutes ces choses que j’ai ressenti ce jour là… Merci d’être toi ma toute belle <3

  2. avril 30, 2015 by Maristochat Bellemam Reply

    Ohlala que ce billet m’a émue.

    Je ne lis plus ce genre de livre depuis que j’ai Petit Colis, sinon, je pleure toutes les larmes de mon corps.

    Quand à la perte d’un parent… je connais cette douleur… J’ai perdu ma belle-mère bien trop tôt et même si ce n’était pas ma mère, elle m’a élevée en partie.
    Je pense à elle chaque jour, elle m’accompagne et j’ai le cœur serré de me dire qu’elle ne connaitra jamais Petit Colis. Je sais cependant qu’elle veille sur nous et qu’elle fait partie de ce qu’on est.
    Je t’envoie de douces pensées pour ces prochains jours. Serre les tiens très fort, c’est important !

    • avril 30, 2015 by Les petits cultivés Reply

      Merci pour ton message si réconfortant! Nous partons demain avec Milian, ma maman et mon frère dans le sud, chez ma sœur pour passer ce week end tous ensemble! Je crois qu’ils veillent tous sur nous tels des anges gardiens! Bisous ma belle…

Leave a Comment!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *